N'oubliez pas d'écouter le mix new wave de Âme

ame_mix.jpg

Innervisions repousse une fois de plus les limites de la musique électronique et nous ne pouvons qu'espérer que ce mix établira les prémisses de ce qui va suivre en 2018.

Dans un flux Soundcloud inondé de mixs qui sonnent étrangement tous les mêmes et où on scrolle sans fin, il nous arrive de temps à autres de découvrir un bijou qui nous rappelle pourquoi nous aimons tant cette scène, cette musique et ce label en particulier.

Enregistré dans les bureaux de Innervisions à Berlin, Muting The Noise, pour Lodown Magazine, Âme nous sert une heure d'élégance avec des vibes qui nous rappellent la Boiler Room Dixon x Âme de l'ADE 2012.

Nous disons tous aimer les longs sets, ceux qui prennent leur temps pour raconter une histoire, qui laissent dans l'attente, avec des morceaux moins connus, une construction et tout ce qui en découle. Mais quand vous êtes quelqu'un de ce calibre, vous pouvez vous permettre de faire tout ça en une heure tout en donnant l'impression que ça dure beaucoup plus longtemps. C'est rafraîchissant de voir qu'un DJ qui a accès à presque tous les tracks unreleased du monde choisisse d'ouvrir son set avec Simon Haydo - Mount S.H. (sorti il a quelques jours), plonge dans l'obscurité du peak time en moins de 15 minutes, puis nous ramène 40 ans en arrière avec Conrad Schnitzler. La prémisse a été fixée, et les 40 minutes restantes ne déçoivent pas.

Ces sonorités sont un pas en avant depuis leurs DJ sets de 2017, mais possèdent toujours cette patte propre à Innervisions. Les mélodies sont là, la fraîcheur et la pertinence contextuelle du son aussi. On sent que Kristian tient les rênes par rapport à la techno qu'il livre habituellement sur les dancefloors bondés, et ce n'est pas une mauvaise chose. L'ensemble construit patiemment l'ambiance : émotive, nostalgique, légèrement mélancolique, parfois intense, et pleine d'énergie mystérieuse.

New Wave est le nom donné à la musique des années 70/80 qui a suivi le punk rock, caractérisée par des mélodies rapides, l'introduction d'éléments électroniques et des structures de composition percussives, presque staccato. Si c'est à ça que la New Wave des années 2010 ressemble, on approuve.

 

Par Marianna Xenophontos - Traduit de l'Anglais par Coralie Lauren

Coralie Lauren